Infection respiratoire basse

Concilio - Infection respiratoire basse

Le saviez-vous ?

En France, les infections respiratoires basses sont à l’origine de plus de 12 millions de consultations par an, ce qui représente 4% à 5% des consultations de médecine générale.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Les infections respiratoires basses

Les infections respiratoires basses regroupent diverses pathologies. Elles affectent les voies respiratoires allant de la trachée aux alvéoles pulmonaires en passant par les bronches et les bronchioles.

Ces affections sont des causes de mortalité et de morbidité chez les enfants et les adultes. Avec une prévalence élevée chez les personnes âgées et les jeunes enfants, elles constituent des cas cliniques différents regroupant les pneumonies, les bronchites aiguës, les bronchiolites, ou les exacerbations de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Le traitement des infections des voies respiratoires basses est ciblé sur la symptomatologie et l’étiologie.

La classification des infections respiratoires basses

  • La bronchite aiguë
    Ce type d’infection respiratoire basse est décrit comme une inflammation importante des bronchioles et des bronches. Particulièrement fréquente et généralement d’origine virale, elle se manifeste par une toux et une surproduction du mucus (toux grasse).
  • La pneumonie
    Potentiellement grave, en particulier chez les jeunes enfants et les personnes âgées, elle se résume en une infection sévère du parenchyme pulmonaire. La bactérie appelée streptococcus pneumoniae est le principal responsable de cette maladie parfois mortelle. D’autres germes comme des virus, les champignons, peuvent aussi provoquer cette infection des voies respiratoires inférieures. Les signes cliniques sont la fièvre, la douleur thoracique, les expectorations et la toux.
  • Les exacerbations de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)
    Il s’agit d’une forme aggravée des symptômes habituels de la broncho-pneumopathie chronique obstructive. On note une augmentation du volume des crachats et de l’essoufflement ainsi qu’une aggravation de la toux. Le tabac, une inflammation non infectieuse des bronches ou une infection aiguë d’origine bactérienne ou virale peuvent entraîner une aggravation pathologique de l’état de santé des malades.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Les symptômes des infections respiratoires basses

Cette maladie est à suspecter en présence de multiples éléments cliniques :

  • une toux grasse associée à la manifestation d’au moins un symptôme infectieux et respiratoire
  • une dyspnée
  • une douleur thoracique
  • des sifflements

Les signes révélateurs d’une infection sont :

  • la fièvre
  • les frissons
  • les courbatures
  • les sueurs

Le traitement

Les objectifs thérapeutiques consistent à la prévention des complications, l’amélioration des symptômes et l’éradication du micro-organisme en cause. Dans ce sens, la prise en charge des infections respiratoires basses varie en fonction de leur type. Il est important de cibler leurs causes, leur gravité et d’identifier les signes cliniques, ainsi que le terrain sur lequel elles surviennent (le retentissement est d’autant plus grand que le patient est fragile).

Le traitement est symptomatique en présence des infections d’origine virale. Les antibiotiques sont préconisés en cas d’infection bactérienne. Les antipyrétiques et les bronchodilatateurs sont administrés à visée symptomatique. L’oxygénothérapie et la kinésithérapie respiratoire peuvent aussi être bénéfiques aux patients.

La prévention passe par la vaccination (grippe, pneumocoque, rougeole, coqueluche) et l’éviction du tabac.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.