Maladie de Still : une forme de rhumatisme touchant presque uniquement l’enfant

Concilio - Maladie de Still : une forme de rhumatisme touchant presque uniquement l’enfant

Le saviez-vous ?

3eme cause de morbidité dans le monde après les maladies cardiovasculaires et les cancers, les pathologies auto-immunes touchent environ 10% de la population mondiale.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Maladie de Still : généralités

La maladie de Still constitue la forme systémique de l’arthrite juvénile idiopathique (AJI) touchant presque toutes les articulations. Également appelée polyarthrite systémique, elle survient avant l’âge de 16 ans. Cependant, dans de très rares cas, cette pathologie est visible chez l’adulte en raison d’une rechute après rémission complète pendant l’enfance. La maladie de Still n’est pas contagieuse, apparaît chez des sujets sans antécédent familial et ne présente pas de risque de transmission au sein des familles.

Maladie de Still : origine

Désignés par le terme « idiopathique », l’origine exacte et le mécanisme précis de la maladie de Still sont encore inconnus. Toutefois, après des études et des recherches, il a été déduit qu’elle résulterait d’une combinaison de modifications génétiques et environnementales.

L’évolution de la maladie de Still est imprévisible. Si certains sujets présentent une poussée articulaire et systémique, d’autres la voient évoluer par des poussées successives alternées par des périodes de rémission. Les manifestations ne sont pas non plus les mêmes en cas de rechute.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Maladie de Still : symptômes

La maladie de Still se manifeste par une arthrite sévère au niveau d’une ou de quelques articulations pendant à peu près 6 semaines. Ces douleurs articulaires inflammatoires se manifestent surtout la nuit ou à l’heure du réveil. Elles touchent le plus souvent les grosses articulations comme les genoux, les chevilles, les poignets ou les hanches.

Des signes extra-articulaires, précèdent le plus souvent les symptômes articulaires, peuvent également apparaître, notamment une fièvre quotidienne avec des pics de température avoisinant les 39°C en fin d’après-midi ou en début de nuit. Cette fièvre s’accompagne également d’une importante fatigue et d’une perte de poids rapide. Des éruptions cutanées figurent aussi parmi les symptômes visibles chez 80% des personnes atteintes par la maladie de Still. Elles se présentent sous forme de petites macules rosées sans relief et qui ne démangent pas. Ces taches sont situées au niveau de la racine des membres, du dos et des fesses. Elles apparaissent au moment des pics de fièvre et disparaissent lorsque celle-ci tombe. Un gonflement des ganglions lymphatiques et une augmentation de la taille du foie et de la rate sont également des signes cliniques importants en cas de la maladie de Still.

Maladie de Still : traitement

Le traitement de la maladie de Still s’effectue en deux étapes. Durant la première, l’on administre de l’aspirine ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens au malade. Elle dure entre une et quatre semaines. Les effets indésirables et l’évolution des symptômes font l’objet d’une surveillance étroite pendant cette période. Si le traitement est inefficace ou insuffisant, l’on recourt à la corticothérapie sous des conditions strictes. En effet, les doses administrées dépendent de la sévérité et de la gravité des manifestations.

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.