Rhumatisme des entérocolopathies inflammatoires

Concilio - Rhumatisme des entérocolopathies inflammatoires

Le saviez-vous ?

En France, la prévalence des spondylarthropathies est de 0,3%, principalement les jeunes adultes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement

Qu'est-ce qu'une entérocolopathie inflammatoire ?

Le terme entérocolopathie inflammatoire désigne un ensemble de pathologies entraînant une réaction inflammatoire du côlon et de l’intestin grêle. Les maladies les plus fréquentes de cette catégorie sont la recto-colite hémorragique et la maladie de Crohn. Elles sont caractérisées par des douleurs abdominales accompagnées d’une diarrhée chronique avec du sang et des glaires dans les selles. Ce type de maladie évolue par poussée et est associé dans 10 à 20 % de cas d’une forme de rhumatisme figurant dans la catégorie des spondylarthropathies.

L’atteinte ostéoarticulaire liée aux entérocolopathies est un rhumatisme inflammatoire affectant la colonne vertébrale (atteinte axiale) et les articulations périphériques (atteinte périphérique). Elle peut aussi être accompagnée de divers symptômes extra-articulaires comme des atteintes cutanées (par exemple un « érythème noueux ») ou des maladies oculaires (notamment des uvéites).

Symptômes

À l’instar des autres spondylarthropathies, l’affection peut être périphérique ou axiale (rachidienne), voire les deux. Les symptômes périphériques se concentrent le plus souvent au niveau des membres inférieures (genoux, chevilles, articulation tibio-tarsienne du pied). Cependant, la maladie peut virtuellement affecter toutes les articulations de l’individu. Ses manifestations sont celles d’une véritable arthrite. En d’autres termes, le sujet souffre d’un gonflement et d’une inflammation asymétrique des articulations (affection mono ou oligoarticulaire, voire polyarticulaire). En général, la personne atteinte ne présente pas de destruction radiologique au niveau des articulations. Par ailleurs, l’inflammation disparaît dès que la pathologie digestive guérit. Toutefois, des lésions irréversibles peuvent parfois apparaitre dans certaines zones comme la hanche.

Les manifestations rachidiennes concernent surtout les hommes porteurs de l’antigène HLA B27 (dans 70 % des cas). Ces atteintes axiales se traduisent par une inflammation des ligaments des articulations situés entre l’os iliaque et le sacrum (articulations sacro-iliaques). L’affection provoque ainsi des douleurs inflammatoires unies ou bilatérales dans cette région, irradiant parfois la face postérieure des membres inférieures.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Corrélation entre les troubles digestifs et articulaires

En général, l’évolution du rhumatisme s’avère indépendante du stade d’évolution de l’affection digestive. L’intensité de l’affection intestinale n’a en effet aucune incidence sur l’évolution des arthropathies du patient. Les manifestations digestives précèdent le plus souvent les atteintes articulaires. Cependant, dans de rares cas, les troubles articulaires peuvent apparaître avant les symptômes digestifs (parfois des années avant). De ce fait, certains médecins peuvent parfois réaliser une coloscopie même devant un diagnostic précoce de spondylarthropathie.

Traitement

Le traitement de l’affection articulaire repose essentiellement sur l’administration d’antalgiques. Toutefois, le médecin doit être prudent en prescrivant des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) pour ne pas aggraver la maladie intestinale sous-jacente. La corticothérapie représente ainsi un bon compromis pour gérer simultanément les symptômes digestifs et articulaires. Des traitements locaux comme les synoviorthèses ou les infiltrations peuvent également être envisagés pour les articulations ne répondant pas aux molécules efficaces sur le reste de l’organisme. Si ce traitement conventionnel ne réussit pas à soulager le patient, une biothérapie anti-TNF peut être proposée qui agira aussi sur les symptômes digestifs.

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.