Reconstruction mammaire : la reconstruction du sein

Chirurgie plastique reconstruction mammaire - Concilio

Le saviez-vous ?

Chaque année, en France, vingt mille femmes subissent une mastectomie. Un peu plus d’un tiers seulement ont recours à une reconstruction mammaire.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de chirurgie plastique reconstructrice.

La reconstruction mammaire

Souvent nécessaire pour endiguer l’évolution du cancer du sein, la mastectomie est une étape psychologique douloureuse dans la vie de la patiente éprouve une atteinte physique à sa féminité. Grâce aux techniques de reconstruction de plus en plus précises, il est possible de retrouver un nouveau sein pratiquement identique à l’autre.

En fonction de la qualité du muscle pectoral et de la peau, plusieurs techniques sont envisageables. Au final, elles visent toutes à reconstruire un sein en parfaite harmonie avec le reste de la silhouette.

La reconstruction ne saurait être considérée que d’un commun accord avec le cancérologue, le gynécologue et le chirurgien. Les indications du traitement varient selon de l’existence d´une radiothérapie, la qualité de peau du sein à reconstruire et la forme du sein opposé de la patiente.

Le moment de la reconstruction

La reconstitution mammaire peut se faire en même temps que la chirurgie du cancer, on parle alors de reconstitution immédiate. Elle est proposée aux femmes qui ne nécessitent pas de traitements complémentaires comme la chimiothérapie ou la radiothérapie. Cependant, elle est plus souvent réalisée au cours d’une nouvelle intervention à la fin des traitements, on parle dans ce cas de reconstruction secondaire ou différée.

Il est important de prendre le temps nécessaire pour discuter du moment de la reconstruction avec votre médecin. Prenez également le temps de réfléchir et de prendre votre décision en fonction des avantages et des inconvénients des deux solutions :

  • La reconstruction immédiate évite une seconde intervention et engendre également moins de stress puisqu’à aucun moment la patiente ne se retrouvera sans sein.
  • La reconstruction différée leur permet de se concentrer sur leur traitement avant de décider si elles souhaitent une reconstruction mammaire. Ce délai leur permet de faire le deuil du sein perdu, d’accepter leur corps et d’envisager un nouveau sein. Il permet aussi de déterminer la meilleure technique de reconstruction. L’inconvénient majeur de la reconstruction secondaire est d’avoir à supporter l’absence d’un sein et subir une nouvelle intervention chirurgicale.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


La chronologie des temps opératoires

La reconstruction mammaire dure environ entre 6 mois à 12 mois selon l’ampleur de l’intervention.

  1. Reconstruction mammaire avec implant – cela consiste à placer un implant rempli d’une solution saline ou de silicone sous les tissus de la poitrine pour reproduire un sein de la taille et la forme désirée.
  2. Reconstruction mammaire avec tissus organiques – cela se fait à l’aide des tissus du corps de la patiente. Des tissus adipeux et de la peau sont prélevés généralement dans la zone des fesses, du dos ou de l’abdomen.

Complications

Bien que rares, les complications possibles sont celles de tout acte chirurgical et comprennent entre autres : cicatrices d’évolution disgracieuse, inflammation, changement de la couleur naturelle de la peau, hémorragies, hématome, infection, nécrose, trouble de la sensibilité, réaction allergique à l’un des quelconques produits utilisés, thrombophlébite et embolie pulmonaire, accident anesthésique imprévisible. Le tabagisme augmente ces risques.

En cas de pose d’implant, une coque péri prothétique peut apparaitre. Le sein devient dur et parfois douloureux ; une intervention chirurgicale de correction est alors souvent nécessaire.

En cas de reconstruction avec le lambeau de grand dorsal sans implant, la survenue d’un sérome dorsal est le problème le plus fréquemment rencontré. Il s’agit de la création d’une poche de liquide dans le dos. Ce problème, qui est plus un inconvénient qu’une complication, est très fréquent mais sans conséquence. Il obligera seulement à une ou plusieurs ponctions dorsales (indolores) pour l’assécher.

446 chirurgiens plastiques recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.