Pathologies tumorales : tumeurs bénignes ou malignes

Concilio - Pathologies tumorales : tumeurs bénignes ou malignes

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers a été estimé à 385 000 en France métropolitaine.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de chirurgie viscérale.

Les critères cliniques

Les tumeurs sont classées selon trois points : critères cliniques, histologiques et évolutifs. Pour établir un diagnostic, le médecin réalise des inspections et des palpations. Contrairement à une tumeur maligne qui envahit les organes et cellules aux alentours, une tumeur bénigne est bien délimitée. Elle ne cause aucune complication nerveuse ou vasculaire, et n’adhère à aucune structure environnante.

Les critères histologiques

Via un examen au microscope, le médecin peut déterminer s’il s’agit d’une tumeur bénigne ou maligne. Une tumeur bénigne affiche une structure semblable à celle d’une cellule normale. Ces limites se démarquent bien. Pour une tumeur maligne, la structure est anarchique. On a du mal à discerner ses contours.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Les critères évolutifs

Selon leur mode d’évolution, il peut s’agir d’une tumeur inoffensive ou maligne. Pour faire simple, la tumeur bénigne évolue localement. Pour prendre place et évoluer, elle repousse les éléments environnants. La tumeur maligne, elle, envahit les structures qui l’environnent. Elle ronge les os, ou infiltre les vaisseaux sanguins ou les nerfs. Elle se manifestera cliniquement. Par exemple, l’invasion des vaisseaux sanguins peut entraîner des saignements. Celle des nerfs, des troubles sensitifs ou moteurs.

Dans tous les cas, les tumeurs malignes ont tendance à métastaser, c’est-à-dire à se répandre dans l’organisme via des vaisseaux et des nerfs. Les cellules touchées se fixent sur les organes tels que les poumons ou le foie, se multiplient et forment peu à peu une nouvelle tumeur visible.

1305 chirurgiens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.