Dermatite séborrhéique ou dermatose inflammatoire chronique

Concilio - Dermatite séborrhéique ou dermatose inflammatoire chronique

Le saviez-vous ?

Boutons, rougeurs, cloques, démangeaisons ? Les maladies de peau sont diverses et un même symptôme peut avoir plusieurs origines différentes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de dermatologie.

Qu’est-ce que la dermatite séborrhéique ?

La dermatite séborrhéique est une maladie cutanée très fréquente qui se traduit par la formation de plaques rouges et de squames à la surface de la peau. Les manifestations évoluent par poussées.

Le terme « séborrhéique » signifie que la maladie affecte les parties grasses de la peau à l’exemple du visage, des cheveux et du tronc. La dermatite séborrhéique est une maladie bénigne qui ne présente aucun caractère de gravité. Elle est surtout gênante sur le plan esthétique.

L’origine exacte de la dermatite séborrhéique n’est pas encore connue, mais deux éléments sont mis en cause : la peau grasse et le champignon : Malassezia furfur.

Les symptômes de la dermatite séborrhéique

Les signes de la dermatite séborrhéique varient selon sa localisation :

  • Sur le cuir chevelu : squames blanches ressemblant à des pellicules. Elles démangent et tombent sur les épaules lors du coiffage.

  • Sur le visage : plaques rouges qui pèlent, notamment sur les sourcils, les ailes du nez, derrière les oreilles ainsi que dans le conduit auditif externe.

  • Sur le tronc et le dos : sur la zone entre les seins et entre les épaules.

  • Sur les parties génitales : sur les plis de l’aine et les zones pileuses.

Les plaques rouges et les squames blanches peuvent s’accompagner de démangeaisons ou encore de sensations de brûlure.

Déclenchées par la fatigue, le stress ou encore le surmenage, les lésions apparaissent et disparaissent de manière irrégulière.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Les causes et les facteurs de risque de la dermite séborrhéique

La présence de la levure appelée Malassezia est associée à cette dermatose. D’autres facteurs sont également suspectés :

  • Peau grasse, mauvaise hygiène ainsi que produits cosmétiques non adaptés ;

  • Alcoolisme ;

  • Stress, surmenage et fatigue ;

  • Séropositivité au virus du SIDA

  • Patient souffrant de la maladie de Parkinson

La dermatite séborrhéique s’aggrave en hiver et s’améliore en général au soleil.

Diagnostic différentiel

Certaines affections de la peau affichent des symptômes similaires à ceux de la dermatite séborrhéique. Il est ainsi nécessaire de la différencier du psoriasis, de la dermatite atopique, de la rosacée ou d’autres champignons.

  • Le psoriasis se caractérise par des lésions érythémato-squameuses. Les localisations sont différentes. Une association des deux maladies peut néanmoins se voir.

  • La dermatite atopique se manifeste par des plaques rouges avec des vésicules et des démangeaisons, suivies d’une sécheresse cutanée.

  • La rosacée ne produit pas de squame.

Prise en charge thérapeutique :

Commencer par un traitement efficace et bien étudié, avec peu d’effets secondaires et un coût moindre tel qu’un azolé topique (par exemple : kétoconazole). On débute par un traitement d’attaque avec deux administrations par semaine sous forme de shampoing éventuellement associé à l’application quotidienne de crème pendant un mois au minimum.

On effectue ensuite un traitement d’entretien, au moyen d’un shampoing par semaine puis toutes les deux semaines.

Selon le résultat initial et l’étendue de l’atteinte dermatologique, on peut s’orienter vers une autre molécule, à base de ciclopirox olamine ou de sélénium, voire un traitement par isotrétinoïne orale ou une photothérapie dans les cas très étendus et réfractaires aux traitements topiques.

Il est préférable, dans un premier temps, d’éviter les dermocorticoïdes. On peut toutefois les utiliser sous forme de traitement combiné avec un antifongique pendant quelques jours en cas de forme très inflammatoire, avant de prendre le relais par un azolé topique.

542 dermatologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.