Prolactinome: une tumeur bénigne sécrétant de la prolactine

Concilio - Prolactinome: une tumeur bénigne sécrétant de la prolactine

Le saviez-vous ?

L’hypophyse est une glande aussi minuscule qu’indispensable au développement et au fonctionnement harmonieux de notre organisme.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques d’endocrinologie.

Généralités

Le prolactinome se caractérise par une augmentation de la production de prolactine, hormone permettant la lactation chez la femme. Cette maladie est la conséquence d’une tumeur bénigne de l’hypophyse appelée adénome hypophysaire qui peut parfois être très volumineuse (macoprolactinome). C’est une maladie fréquente et bénigne.

Signes symptomatiques et complications

L’hyperprolactinémie se caractérise par plusieurs symptômes :

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic et traitement

Le scanner crânien peut indiquer la présence d’une tumeur de la glande hypophysaire mais l’IRM hypophysaire reste l’examen de référence. De plus, un examen ophtalmologique (rétine, vaisseaux et papille + nerf optique) et une vérification du champ visuel sont effectués pour rechercher un éventuel retentissement ophtalmologique en cas de macro-adénome (>1cm).

Le traitement du prolactinome est avant tout médical (agonistes dopaminergiques). Une intervention chirurgicale est envisagée dans des cas bien précis (complications liées à l’envahissement local de la tumeur : troubles de la vision, écoulement de liquide céphalo-rachidien ; résistance au traitement médical…). L’ablation de la tumeur se fait alors par voie trans-sphénoïdale (passage par le sinus sphénoïdal pour enfin atteindre le cerveau) dans les mains d’un neurochirurgien expérimenté.

754 endocrinologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.