Dyspareunies : douleurs génitales lors des rapports sexuels

Concilio - Dyspareunies : douleurs génitales lors des rapports sexuels

Le saviez-vous ?

Plus de 20% des françaises âgées de 16 à 60 ans n’ont pas profité d’un suivi gynécologique depuis au moins deux ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie et obstétrique.

Généralités

La dyspareunie désigne une douleur génitale ressentie lors de la pénétration. Cette dernière peut être assimilée à une brûlure, un écrasement ou une tension. Elle touche aussi bien les femmes que les hommes, bien que sa forme masculine soit moins fréquente. Celle-ci se caractérise par une douleur ressentie au niveau de la verge lors des rapports sexuels. Elle peut être due à une hypersensibilité du gland combinée à des troubles d’origine sexuelle ou des facteurs psychogènes.

La dyspareunie féminine est dite superficielle ou d’intromission lorsqu’elle est localisée à l’entrée du vagin au début de la pénétration. On fait référence à une dyspareunie profonde quand la douleur se manifeste au niveau du bas ventre ou dans le fond du vagin, lorsque la pénétration est complète. La dyspareunie primaire est celle qui se manifeste dès les premiers rapports sexuels. Elle est dite secondaire si elle survient après une période de rapports sexuels normaux et satisfaisants.

Outre les douleurs, la dyspareunie peut s’accompagner aussi de spasmes vaginaux, d’une baisse de la libido, d’une perte d’estime de soi, voire même d’une dépression.

Causes

La dyspareunie féminine peut avoir de nombreuses causes organiques:

  • Causes hormonales : sécheresse vaginale ou atrophie vaginale causées par un déficit en oestrogènes
  • Causes infectieuses : herpès génital, vulvovaginite, mycoses génitales, trichomonase, etc.
  • Causes dermatologiques : maladie de Bowen, lichen scléreux vulvaire, etc.
  • Manque d’excitation sexuelle et de lubrification
  • Endométriose
  • Utérus rétroversé
  • Kyste de l’ovaire
  • Cystite interstitielle
  • Fibromes
  • Lésions cicatricielles : épisiotomie ou chirurgie pelvienne
  • Anomalie congénitale
  • Hygiène excessive entraînant des irritations vaginales intempestives
  • Médicaments psychotropes ou antihypertenseurs

Les causes organiques à l’origine d’une dyspareunie masculine sont le plus souvent :

  • La maladie de La Peyronie (courbure de la verge rendant la pénétration difficile)
  • La fracture de la verge
  • Le rétrécissement de l’anneau préputial (phimosis)
  • La rupture du frein du prépuce
  • Les infections : lichen plan, lichens scléro-atrophiques, balanites chroniques, etc.
  • La dermite caustique (causée par une hygiène excessive)

On attribue également des causes psychologiques et émotionnelles à la dyspareunie :

  • Manque de désir sexuel
  • Stress et anxiété
  • Traumatisme psycho-sexuel
  • Difficultés relationnelles dans le couple
  • Manque d’estime de soi entraînant une mauvaise image de son corps

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitements

Pour traiter une dyspareunie, il importe d’identifier la cause. Un bilan médical permettra de déceler la source du problème. Des examens complémentaires, tels qu’une analyse sanguine et urinaire ou une échographie, peuvent s’avérer indispensables dans certains cas. En fonction des pathologies ainsi diagnostiquées, plusieurs traitements peuvent être envisagés :

  • Utilisation de lubrifiants sous forme de gels ou de crèmes pour lutter contre la sécheresse vaginale
  • Traitements anti-infectieux à base d’antibiotiques ou d’antimycosiques pour lutter contre les infections
  • Traitements hormonaux pour combler un déficit en œstrogènes
  • Psychothérapie ou sexothérapie si la cause est psychologique ou relationnelle

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.