Galactorrhée : écoulement mamelonnaire lactescent

Concilio - Galactorrhée : écoulement mamelonnaire lactescent

Le saviez-vous ?

Plus de 20% des françaises âgées de 16 à 60 ans n’ont pas profité d’un suivi gynécologique depuis au moins deux ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie et obstétrique.

Généralités

La galactorrhée est un syndrome qui touche tant les femmes que les hommes, mais elle est plus rare chez ces derniers. Elle se caractérise par un écoulement lactescent généralement bilatéral, résultant d’une production excessive de prolactine, hormone fabriquée par l’hypophyse. Cette dernière stimule la glande mammaire et favorise la production de lait chez la femme qui allaite. La galactorrhée est dite primaire si elle résulte de la sécrétion exagérée de la prolactine. Elle est secondaire si elle est associée à une pathologie quelconque ou à la prise de certains médicaments. La galactorrhée peut être à l’origine d’une infertilité chez les hommes et les femmes.

Causes et symptômes

La production excessive de prolactine peut avoir de nombreuses causes :

  • La prise de certains médicaments : psychotropes, antibiotiques, antihypertenseurs, etc.
  • Les pilules contraceptives (contenant de l’œstrogène)
  • Les opiacés
  • Les tumeurs intracérébrales, responsables du fait de leur localisation de troubles visuels
  • Les dystrophies galactophoriques
  • L’hypothyroïdie
  • Les troubles de l’hypophyse
  • Les lésions de la moelle épinière ou les lésions thoraciques
  • Les maladies rénales ou hépatiques
  • Etc.

Chez la femme, l’hyperprolactinémie et la galactorrhée entraînent souvent :

  • Une production de lait inattendue en dehors de l’allaitement et de la grossesse
  • Une aménorrhée (absence de règles)
  • Une oligoménorrhée (faible écoulement de sang durant les menstruations)
  • Des troubles de l’ovulation

Chez l’homme, la galactorrhée peut aussi être causée par un traitement œstrogénique visant à lutter contre le cancer de la prostate. Elle peut également être symptomatique d’un cancer cortico-surrénalien. Outre la sécrétion de lait, la galactorrhée s’accompagne chez l’homme d’une perte de libido, de troubles de l’érection et de la vision, de céphalées, etc. Une baisse du taux d’œstrogènes ou de testostérone augmente le risque d’ostéoporose.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitement

Le médecin fera réaliser un prélèvement sanguin afin de mesurer le taux de prolactine. Lorsque ce dernier est normal et qu’aucune cause profonde n’est établie, on fait référence à une galactorrhée idiopathique. En cas d’hyperprolactinémie, pour écarter la piste d’une tumeur hypophysaire, une IRM ou une tomodensitométrie (TDM) est prescrite par le médecin. Une intervention chirurgicale peut être envisagée dans le cas d’une tumeur avérée. Le recours à des agonistes dopaminergiques, comme la cabergoline ou la bromocriptine, permet d’inhiber la production de prolactine. Ils ne permettent toutefois pas d’éliminer une tumeur, mais participent à réduire le volume tumoral. Leur utilisation améliore ostensiblement les troubles visuels.

Comme pour le traitement des autres tumeurs hypophysaires, la radiothérapie est envisagée en dernier recours si le traitement médical ou chirurgical échoue.

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.