Cancer anaplasique de la thyroïde: tumeur indifférenciée de la zone thyroïdienne

Concilio - Cancer anaplasique de la thyroïde: tumeur indifférenciée de la zone thyroïdienne

Le saviez-vous ?

Le cancer anaplasique de la thyroïde est rare, de l’ordre de deux cas par million d’habitants. Il prédomine largement chez des sujets âgés.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques d’endocrinologie.

Généralités

Les cancers anaplasiques de la thyroïde constituent moins de 2 % de l’ensemble des cancers thyroïdiens. Le cancer de la thyroïde est dit anaplasique lorsque les cellules composant le tissu thyroïdien affecté montrent une dédifférenciation au microscope. Cette dédifférentiation dénote un indice de malignité supérieur.

On diagnostique souvent le cancer anaplasique de la thyroïde à un stade avancé. Le taux de survie chez les patients atteints d’un cancer de la thyroïde anaplasique est assez mince. Néanmoins, les derniers progrès thérapeutiques rendent la maladie plus supportable et les chances de rémission augmentent petit à petit. Cette forme de cancer particulièrement rare est plus fréquente chez les personnes âgées.

Facteurs de risques

Les patients présentant certains antécédents liés à un goitre peuvent développer un cancer de la thyroïde anaplasique. De plus, l’exposition aux radiations dans des zones comme la poitrine ou les cervicales augmentent significativement les risques de contracter la maladie.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Manifestations symptomatiques

Contrairement à une grande majorité de cancers de la thyroïde, le cancer anaplasique provoque de nombreux signes cliniques. Cette symptomatologie est inhérente à l’évolution rapide de la tumeur. La majorité́ des cancers anaplasiques se révèlent par la transformation rapide ou explosive d’un goitre ancien. Une masse inhabituelle et rapidement évolutive est visible dans bon nombre de cas.

Les signes de compression comprennent :

  • Une rigidité anormale au niveau du cou avec disparition de la mobilité lors de la déglutition
  • Une dysphagie d’apparition rapidement progressive
  • Une dysphonie
  • Une dyspnée laryngée.

Examens médicaux

Un examen physique préalable détecte la présence d’une masse cervicale anormale. Il faut alors pratiquer une biopsie de la thyroïde pour confirmer le diagnostic du carcinome anaplasique.

Parmi, la batterie de tests envisageable, l’IRM ou le scanner cervical donnent des indications sur le développement de la tumeur à partir de la glande thyroïde. Ces examens permettent de déterminer si la tumeur envahit les structures voisines telles que les tissus musculaires, la trachée, l’œsophage, les ganglions satellites. Un scanner thoraco-abdomino-pelvien indique la présence de métastases à distance.

De plus, une laryngoscopie peut être réalisée dans le but de détecter une corde vocale paralysée. Cette intervention se fait à l’aide d’un fibroscope, ce faisceau de fibres optiques permet d’observer le fond de la gorge, le larynx et les cordes vocales.

Traitement

La prise en charge doit être rapide en raison de l’agressivité de ce type de tumeur. Les malades atteints d’un cancer anaplasique de la thyroïde doivent être admis en urgence dans un service spécialisé en oncologie où les protocoles thérapeutiques adaptés à leur état général peuvent être discutés et initiés rapidement.

Les traitements comprennent : la chimiothérapie, la radiothérapie, les traitements combinés (radio-chimiothérapie) et la chirurgie d’exérèse lorsqu’elle est possible.

754 endocrinologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.