Goitre multinodulaire toxique: cou gonflé et protubérances multiples

Concilio - Goitre multinodulaire toxique: cou gonflé et protubérances multiples

Le saviez-vous ?

Plus de 6 millions de français sont concernés par une anomalie de la thyroïde.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques d’endocrinologie.

Généralités

Le goitre désigne une augmentation du volume de la thyroïde. Cette glande endocrine est responsable de la sécrétion d’hormones indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Cette affection fréquente révèle certaines spécificités au cours d’un examen physique. Le goitre dit multinodulaire dénote la présence de nodules. Ces protubérances anormales généralement en forme arrondie se développent à la surface de la glande thyroïde.

Lors d’un cas de goitre multinodulaire, la boursoufflure de la thyroïde est localisée dans des zones limitées. De multiples nodules sont détectés à la palpation. Ce type de goitre affiche une progression lente et est généralement accompagné d’une augmentation du niveau d’hormones thyroïdiennes dans le corps.

L’on dénote une certaine prévalence de goitres multinodulaires selon les antécédents. De plus, les femmes sont les principales concernées. La présence d’œstrogènes favorise grandement l’hyperplasie épithéliale. Cette dernière augmente le risque de développer un goitre.

Il existe d’autres causes de goitre, notamment lors des grossesses, le volume de la thyroïde connaît une certaine augmentation. Celle-ci est encore plus importante lorsqu’il il y une carence iodée. Ainsi, bon nombre de goitres perdurent après l’accouchement.

Signes symptomatiques

Le goitre multinodulaire toxique se manifeste généralement par des signes d’hyperthyroïdie dont sa forme la plus grave est la thyrotoxicose. De nombreuses manifestations cliniques sont possibles. Elles témoignent en outre d’une augmentation globale au niveau de l’intensité énergique de certaines fonctions stimulées ordinairement par les hormones thyroïdiennes. Les patients souffrent ainsi de tremblements, de tachycardie, c’est-à-dire d’une accélération caractérisée du rythme cardiaque, d’amaigrissement, de diarrhée et de sueurs importantes.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Examens

Certains examens comme la scintigraphie ou l’échographie thyroïdienne sont indispensables pour établir le diagnostic. Un traitement freinateur est prescrit en vue de réduire le taux d’hormones thyroïdiennes présent dans l’organisme.

L’ablation partielle appelée lobectomie ou la thyroïdectomie totale, c’est-à-dire l’ablation totale de la thyroïde est parfois nécessaire. L’avantage que comporte la thyroïdectomie subtotale est d’éviter au patient un traitement hormonal substitutif à vie.

Cependant le parenchyme, soit les tissus organiques fonctionnels laissés sont généralement insuffisants pour assurer une fonction thyroïdienne normale. Une hormonothérapie substitutive est donc souvent nécessaire.

Quelquefois, il est possible d’effectuer une énucléation du nodule. Cet acte chirurgical vise à extirper une petite partie de la thyroïde contenant les nodules. En ce qui concerne les personnes âgées, le mode opératoire comportant une anesthésie générale est souvent à risques. Une alternative possible dans ce cas-là est de recourir à traitement par iode radioactif.

754 endocrinologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.