Tumeur au niveau de l’endomètre

Concilio - Tumeur au niveau de l’endomètre

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Le cancer de l’endomètre

En France, le cancer de l’endomètre est le deuxième cancer gynécologique le plus fréquent avec 6500 nouveaux cas par an en France. Il touche l’endomètre, c’est-à-dire le revêtement intérieur de la paroi de l’utérus. La tumeur débute généralement à partir d’une cellule de la première couche de l’endomètre, l’épithélium. Dans la majorité des cas, le cancer de l’endomètre survient après la ménopause. Cependant, environ 15 % des cas concernent des femmes non ménopausées, dont 5 % des femmes âgées de moins de 40 ans.

Les causes du cancer de l’endomètre

Les excès d’hormones œstrogènes augmenteraient le risque de développer le cancer de l’endomètre. L’obésité et l’hormonothérapie aux œstrogènes seuls peuvent accroître le taux d’œstrogènes. D’autres facteurs sont aussi impliqués dans le cancer de l’endomètre : l’âge, le surpoids, la génétique, l’obésité, l’hypertension, le diabète, le syndrome HNPCC/Lynch

Les personnes à risque sont : les femmes en post-ménopause, les femmes dont les cycles ont débuté avant l’âge de 12 ans, les femmes avec une ménopause tardive, les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques, les femmes présentant une hyperplasie de l’endomètre ou encore les femmes qui prennent un traitement hormonal de la ménopause.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Les symptômes du cancer de l’endomètre

Le cancer de l’endomètre se manifeste par :

  • Des saignements vaginaux entre les périodes menstruelles ou après la ménopause.
  • Des menstruations trop abondantes ou prolongées.
  • Des pertes vaginales anormales.
  • Des douleurs au moment d’uriner.
  • Des crampes dans le bas-ventre.
  • Des douleurs pendant les relations sexuelles.

Le diagnostic

Il n’existe pas d’examen de dépistage du cancer de l’endomètre comme celui du cancer du sein. Le médecin réalisera donc des examens cliniques à la suite de l’apparition des symptômes cités ci-dessus, notamment les saignements gynécologiques.

Le médecin procédera à une échographie pelvienne et à une hystéroscopie pour visualiser l’intérieur de l’utérus. Une biopsie d’endomètre sera alors réalisée en cas de lésions afin de confirmer le diagnostic. Un bilan d’extension sera également effectué pour évaluer l’étendue de la maladie.

Les traitements du cancer de l’endomètre

La chirurgie, la radiothérapie, l’hormonothérapie et la chimiothérapie sont les traitements possibles en cas de cancer de l’endomètre. La chirurgie est le plus indiqué pour les tumeurs localisées, c’est-à-dire qui se limitent à l’utérus. Elle est le plus souvent associée à une radiothérapie externe et/ou curiethérapie. La chimiothérapie peut aussi être associée à la chirurgie ou utilisée seule dans le cas des tumeurs avancées. L’hormonothérapie est utilisée lorsque les tumeurs ont formé des métastases et que les patientes ne sont pas capables de recevoir une chimiothérapie.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.