Carcinome baso et spino cellulaire

Concilio - Carcinome baso et spino cellulaire

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

Le cancer de la peau se divise en deux grandes catégories : les non-mélanomes et les mélanomes. Ces derniers se développent au niveau des mélanocytes, les cellules qui fabriquent la mélanine. Les non-mélanomes regroupent les tumeurs qui se développent au niveau du tissu épithélial, ils sont appelés « carcinome ». Il existe deux formes de carcinome : baso-cellulaire et spino-cellulaire.

Le carcinome baso-cellulaire

Le carcinome baso-cellulaire est le plus fréquent des cancers de la peau. Il se développe au niveau des cellules basales de la peau, situées dans la couche profonde de l’épiderme. Il survient généralement chez les personnes âgées de plus de 40 ans. Les personnes à peau claire sont les plus concernées par ce type de cancer de la peau.

Le carcinome baso-cellulaire peut apparaître sous forme de nodules ou de taches brunes. Les lésions se confondent facilement avec du psoriasis, de l’eczéma ou des plaques sèches.

Le carcinome baso-cellulaire se développe généralement sur les parties du corps régulièrement exposées au soleil. Il se localise le plus souvent sur la tête, le cou, les oreilles et le cuir chevelu.

Le carcinome baso-cellulaire progresse souvent sans gêner le patient. Cependant, la tumeur détruit progressivement les tissus avoisinants si elle n’est pas traitée. Ses principaux symptômes sont : une lésion qui ne guérit pas, des démangeaisons, des croûtes, des vaisseaux sanguins dilatés, des lésions ulcéreuses…

Le carcinome baso-cellulaire est le type de cancer de la peau le moins grave. Son pronostic est lié à l’envahissement des tissus sous-jacents. Sa principale cause est l’exposition au soleil.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le carcinome spino-cellulaire

Le carcinome spino-cellulaire est la deuxième forme la plus fréquente des cancers de la peau. Il représente environ 20 % des tumeurs cutanées. Il peut se développer sur des plaies chroniques, des cicatrices de brûlure, des lésions précancéreuses et des kératoses actiniques. Très agressif, ce type de cancer s’infiltre dans le derme profond et se propage dans les ganglions et les autres organes.

Il se manifeste par une lésion surélevée et par un halo rougeâtre. Le centre de la lésion présente une légère ulcération qui peut saigner. Le carcinome spino-cellulaire peut également prendre la forme d’un nodule ou d’une plaque. La tumeur peut se localiser au niveau de toutes les zones photo-exposées et également au niveau des lèvres, de la langue et des muqueuses génitales.

La biopsie permet de confirmer si la lésion est cancéreuse ou non. D’autres examens sont peuvent être prescrits pour plus de précision : une IRM, un scanner, une radiographie des poumons et une analyse sanguine.

Le traitement de référence d’un carcinome spino-cellulaire est la chirurgie. Elle consiste à enlever la tumeur et les tissus voisins. Les médecins procèderont ensuite à une reconstruction. Si la chirurgie n’est pas possible, on utilise la radiothérapie ou la chimiothérapie.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.