Lymphome T : cancer des lymphocytes T

Concilio - Lymphome T : cancer des lymphocytes T

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Le lymphome

Le lymphome est un cancer qui affecte les cellules du système immunitaire, c’est-à-dire les lymphocytes. Le lymphome se divise en deux grandes catégories : le lymphome hodgkinien et le lymphome non hodgkinien.

Le lymphome hodgkinien se distingue par la présence des cellules de Reed-Sternberg, une cellule dérivée d’un lymphocyte B.

Le lymphome non hodgkinien est plus répandu. Les principaux types de lymphomes non hodgkiniens sont les lymphomes B et les lymphomes T. En outre, le lymphome non hodgkinien se divise en deux classes : indolent ou agressif. Les lymphomes T sont tous agressifs, exception faite du lymphome T cutané (mycosis fongoïde).

Le lymphome T périphérique

Le lymphome T périphérique touche notamment les personnes de plus de 60 ans, majoritairement des hommes. Le lymphome T périphérique représente environ 10 % des cas de lymphomes en France soit environ 1 400 cas. Il est le plus fréquent des lymphomes non hodgkiniens de type T. Il existe 16 types de lymphomes T périphériques.

Les lymphocytes T sont des globules blancs dont la fonction principale est de fabriquer des anticorps pour protéger l’organisme des infections. Le lymphome T périphérique se développe aux dépens des lymphocytes T matures. Il se localise le plus souvent dans les ganglions lymphatiques, mais il peut également se situer dans la moelle osseuse, la rate, le tube digestif, les poumons et le foie.

Les principales manifestations du lymphome T périphérique sont : des ulcères, des occlusions intestinales, une diarrhée chronique et des maux de ventre.

Le traitement principal du lymphome T périphérique est la chimiothérapie associée à une immunothérapie et une autogreffe. Cependant, le pronostic est assez sombre. On observe seulement environ 49 % de rémissions complètes et les récidives sont très fréquentes.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le lymphome T cutané

Le lymphome T cutané représente 3 % des cas de lymphomes non hodgkiniens. Il survient généralement chez les personnes de plus de 50 ans. Il existe deux catégories de lymphome T cutané : les lymphomes T cutanés épidermotropes et la lymphoprolifération T cutanée CD30 +.

On distingue deux types de lymphomes T cutanés épidermotropes : le mycosis fongoïde et le syndrome de Sézary.

On distingue trois types de lymphoprolifération T cutanée CD30+ : les lymphomes cutanés anaplasiques à grandes cellules, les papuloses lymphomatoïdes et les formes intermédiaires.

La stadification des lymphomes T cutanés dépend du type de lésion sur la peau et de l’étendue du lymphome dans tout le corps.

  • Stade IA : présence de taches ou de plaques sur moins de 10 % de la surface de la peau.
  • Stade IB : présence de taches ou de plaques sur plus de 10 % de la surface de la peau.
  • Stade IIA : présence de taches ou de plaques et les ganglions lymphatiques sont enflés.
  • Stade IIB : la plaque ou la tache est surélevée et les ganglions lymphatiques sont enflés.
  • Stade III : les taches et les plaques recouvrent l’ensemble de la peau et les ganglions lymphatiques sont enflés.
  • Stade IVA : toute la peau du corps est recouverte de plaques, le lymphome T cutané s’est étendu aux ganglions lymphatiques.
  • Stade IVB : le lymphome T cutané affecte l’ensemble de la peau, les ganglions lymphatiques et s’est propagé aux autres organes.

Le traitement principal du lymphome T cutané est la chimiothérapie locale appliquée sous forme de pommade. Elle est associée à la radiothérapie et l’immunothérapie.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.