Traumatisme laryngé : le traumatisme externe du larynx

Concilio - Traumatisme laryngé : le traumatisme externe du larynx

Le saviez-vous ?

La gorge est constituée de deux parties distinctes : le pharynx et le larynx. Les maux de gorges peuvent être fréquents et les causes extrêmement variées.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de santé.

Généralités

Les traumatismes externes du larynx sont rares et représentent moins de 1 % des traumatismes aigus. Ils sont fréquents chez les jeunes adultes de sexe masculin. Le risque vital immédiat dépend du type de traumatisme, de l’atteinte des voies respiratoires supérieures et de l’existence d’un saignement.

On distingue :

  • Les traumatismes ouverts du larynx (plaie par couteau.)
  • Les traumatismes fermés du larynx (choc cervical sur une barrière…)

15 à 20 % des traumatismes laryngés sont des traumatismes ouverts. Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de ces lésions :

  • Agressions
  • Accidents de travail
  • Accidents de la circulation à haute cinétique
  • Tentatives de suicide
  • Plaies par arme à feu
  • Plaies par arme blanche

Les traumatismes fermés du larynx représentent 80 à 85 % des traumatismes laryngés. Leurs principales causes sont :

  • Les accidents de la route ou de sports
  • Les chutes
  • Les accidents du travail
  • Les agressions
  • Les rixes
  • La tentative de pendaison

Les traumatismes fermés se traduisent par des lésions laryngées, trachéales ou associées.

Classifications

L’examen clinique et endoscopique du larynx permet de mettre en évidence différentes lésions qui classeront par ordre de gravité les traumatismes.

  • L’existence d’ hématomes ou lacérations endolaryngées mineures, altération minime de la filière respiratoire et absence de fracture décelable du larynx.
  • La présence d’un œdème, d’hématomes ou de plaies muqueuses mineures sans mise à nue des cartilages, altération de la filière respiratoire de degré variable et fracture non déplacée.
  • Existence d’un œdème massif, lacérations muqueuses importantes avec dénudation des cartilages, altération de la filière respiratoire d’importance variable, immobilité laryngée voire fractures déplacées.
  • Présence d’une rupture antérieure du larynx ou de fractures laryngées instables.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Symptômes

Plus du quart des patients sont asymptomatiques, surtout dans les cas de traumatismes fermés. La prise en charge initiale en urgence, qui vise à assurer la bonne respiration du patient peut parfois masquer certaines lésions, qui ne seront décelées que plus tard.

Les signes cliniques du traumatisme laryngé sont :

  • La dysphonie quasi-constante
  • La toux
  • La douleur à la déglutition
  • La dysphagie, associée à une hypersalivation
  • La perte des reliefs laryngés
  • L’emphysème sous-cutané
  • L’œdème laryngé et/ou cervical
  • Un saignement

Diagnostic

Le diagnostic et la prise en charge d’un traumatisme du larynx nécessite une parfaite connaissance de l’anatomie cervicale, des signes d’appel et des mécanismes lésionnels.

Plusieurs méthodes permettent de confirmer le diagnostic et d’orienter le traitement des traumatismes laryngés :

  • La fibroscopie
  • Le scanner cervical avec injection
  • Le transit hypopharyngé et œsophagien

Conduite à tenir

La conduite à tenir en urgence dépend de l’existence d’une gêne respiratoire et de la présence d’un saignement important, mettant la vie du patient en jeu à court terme. Dans un premier temps, il faut assurer la perméabilité des voies respiratoires du patient. Le traitement est basé sur l’intubation, la trachéotomie ou la surveillance rapprochée en l’absence de signes majeurs. Les traumatismes mineurs sont mis sous surveillance en milieu hospitalier.

Le traitement chirurgical est envisagé en urgence aigue ou différée, selon le bilan initial. Il vise à rétablir une charpente laryngée stable et à assurer une bonne couverture muqueuse. Afin d’améliorer le pronostic fonctionnel du larynx et d’éviter les séquelles vocales ou respiratoires, un traitement précoce, complet et adapté est indispensable. Un traitement antibiotique est généralement débuté rapidement.

Traitements complémentaires

Les traitements complémentaires sont :

  • L’antibiothérapie en fonction de la sévérité des lésions
  • La corticothérapie (dexamethasone 1 à 20 mg/kg)
  • Les soins de trachéotomie
  • L’aérosolthérapie

851 ORL recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.