Polypose nasosinusienne : rhinosinusite chronique avec des polypes

Concilio - Polypose nasosinusienne : rhinosinusite chronique avec des polypes

Le saviez-vous ?

La polypose nasosinusienne touche 4% de la population française.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques ORL.

Généralités

La polypose naso-sinusienne est une rhinosinusite chronique des sinus de la face. Cette affection implique la présence d’une inflammation persistante de la muqueuse nasale, qui réagit en développant des polypes muqueux responsables d’une obstruction nasale progressive. Les polypes sont des excroissances translucides, régulières, pédiculées, qui bombent dans les narines. La gêne respiratoire du patient est proportionnelle au degré d’encombrement des fosses nasales par les polypes.

La muqueuse est une membrane qui recouvre l’intérieur des cavités nasales. Elle produit du mucus dont le rôle principal est la défense contre les agents irritants et infectieux locaux. La surface des cellules de la muqueuse contient aussi des cils qui poussent le mucus chargé des éléments à éliminer vers l’extérieur des fosses nasales.

Manifestations symptomatiques

Les signes cliniques caractéristiques de la polypose naso-sinusienne sont la sensation d’une obstruction nasale persistante et des troubles de l’odorat (hyposmie ou anosmie). Des douleurs, des sensations de pesanteur et la survenue d’épisodes de sinusites répétés sont évocateurs. On évalue l’importance de la gêne par l’interrogatoire qui recherche des maux de tête, des écoulements permanents, la prise de traitements répétés notamment antibiotiques et corticoïdes dont la fréquence donne une idée de la gêne présentée par le patient.

Un asthme est systématiquement recherché car la polypose naso-sinusienne est souvent plus gênante et résistante au traitement chez les patients asthmatiques. On parle de syndrome de Widal lorsqu’un asthme est associé à une polypose naso-sinusienne et à une intolérance à l’aspirine. Un terrain allergique est également recherché.

La polypose naso-sinusienne est toujours bilatérale. On la diagnostique grâce à la nasofibroscopie souple en consultation. Un scanner des sinus est systématiquement demandé pour faire le bilan du stade de la maladie et pour préciser l’indication et l’étendue du geste chirurgical s’il y a lieu.

Pourquoi être bien accompagné est primordial en cas de maladie ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic étiologique et traitement

Le traitement initial repose sur la corticothérapie locale en sprays avec des lavages de nez. Les corticoïdes se déposent sur les muqueuses et limitent l’inflammation, qui favorise le développement des polypes. Si cela ne suffit pas, en période de crise, on réalise des cures courtes de corticoïdes systémiques par voie orale, éventuellement associés à une antibiothérapie (de 7 à 10 jours). Si le patient est stabilisé par ce traitement, on le poursuit de façon chronique car la polypose est une maladie chronique.

Si on assiste à l’échec d’au moins 3 cures de corticoïdes, la chirurgie des sinus peut être proposé par voie endoscopique. Son but est de retirer tous les polypes par voie endonasale, sans laisser de cicatrice sur le visage. Un méchage en post-opératoire et des soins locaux sont ensuite essentiels.

851 ORL recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.