Syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA)

Concilio - Syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA)

Le saviez-vous ?

La mortalité du au syndrôme de détresse respiratoire aiguë est de 40% à 50%.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA)

Le SDRA est la forme la plus grave d’œdème pulmonaire aigu lésionnel (non cardiogénique). Il se présente comme une défaillance pulmonaire aiguë entraînant une hypoxémie sévère avec menace vitale.

De nombreuses causes peuvent être à l’origine de cette maladie, notamment une pancréatite, une septicémie, une intoxication ou une pneumonie. Ses symptômes sont ceux d’une détresse respiratoire aiguë (dyspnée, agitation, cyanose, coma).

Le premier traitement de cette urgence médicale consiste à placer le patient sous oxygène avec un recours à la ventilation mécanique. Une antibiothérapie peut être indiquée en cas d’infection.

Le pronostic du SDRA est sombre, avec une mortalité entre 25 et 50 %.

Les causes du syndrome de détresse respiratoire aiguë

Les causes du SDRA sont pulmonaires :

  • pneumopathie infectieuse inhalation de toxiques
  • noyade
  • pneumopathie d’inhalation
  • œdème pulmonaire neurogène
  • choc violent sur le thorax
  • contusion pulmonaire
  • embolie graisseuse

ou extra-pulmonaires :

  • sepsis sévère (1re cause de SDRA)
  • traumatisme sévère avec choc
  • brûlures étendues
  • transfusion massive
  • circulation extra-corporelle
  • sepsis sévère
  • pancréatite aiguë

Cette liste est non exhaustive.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Physiopathologie

Le mécanisme du SDRA se décompose en 3 phases, évoluant généralement en 2 semaines :

  1. atteinte de la membrane alvéolo-capillaire (permettant l’échange d’oxygène et de gaz carbonique entre l’air pulmonaire et le sang). Cela provoque un œdème pulmonaire (réaction inflammatoire, atteinte des petits vaisseaux, inactivation du surfactant, hémorragie alvéolaire, dommage alvéolaire diffus) avec accumulation de liquide dans les poumons. Cet œdème aigu pulmonaire (OAP) est responsable d’une baisse brutale de la concentration d’oxygène dans le sang, d’une augmentation du taux sanguin de gaz carbonique (incapacité des poumons à l’évacuer), ainsi qu’une diminution de la compliance du système respiratoire.
  2. inflammation fibrosante des alvéoles qui perdent de leur élasticité, diminuant encore davantage la compliance (difficultés pour la ventilation mécanique, qui elle-même, aggrave les lésions). Une hypertension artérielle pulmonaire s’installe progressivement, provoquant une gêne respiratoire importante et potentiellement la dilatation du ventricule cardiaque droit, puis une insuffisance cardiaque droite.
  3. résolution : récupération avec fibrose

Complications

Les patients gardent généralement des séquelles respiratoires.

Traitement

Le patient doit être rapidement hospitalisé en réanimation. Il est primordial de traiter immédiatement l’hypoxie, qui menace le pronostic vital. Cela se fait par l’oxygénothérapie, puis le recours à la ventilation mécanique (destinée à suppléer à la respiration naturelle, défaillante) est couramment nécessaire. Celle-ci est rendue difficile par la baisse de l’élasticité pulmonaire (non compliance) et risque d’aggraver les lésions en cas de mauvais réglages (risque de baro-traumatisme).

La prise en charge, basée sur des techniques spécifiques de ventilation, et un traitement médicamenteux adapté à chaque présentation, relève de services spécialisés expérimentés dans la prise en charge du SDRA.

La cause du SDRA doit être traitée.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.