Aérosol : pour le traitement des voies respiratoires

Concilio - Aérosol : pour le traitement des voies respiratoires

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, les maladies respiratoires sont responsables de 12% des décès et les infections respiratoires sont la première cause d’absentéisme chez les adultes jeunes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Généralités

L’aérosolthérapie est une thérapeutique visant à traiter les différentes affections des voies respiratoires telles que l’asthme, la BPCO mais également les laryngites, les bronchites aiguës et les sinusites. Elle permet également d’administrer certains médicaments comme les antibiotiques ou les corticoïdes avec une meilleure efficacité locale, en évitant les effets indésirables et les limitations de doses induits par la voie générale (orale ou injectable).

Le principe consiste à propulser le produit inhalé sous forme de fines particules par un générateur pneumatique (du gaz – air ou oxygène – est envoyé sous pression dans le nébuliseur) ou ultrasonique. Celui-ci est inhalé par le patient et agit de façon directe sur les bronches et les voies aériennes supérieures.

Les produits inhalés sont essentiellement des bronchodilatateurs (pour asthme, BPCO), des anti-inflammatoires corticoïdes et des antibiotiques (pour mucoviscidose, dilatation des bronches).

Matériel

Les matériels requis pour l’aérosolthérapie sont notamment le masque ou embout, le raccord, la tubulure, le nébuliseur, le traitement. En cas de dilution, il convient d’utiliser du sérum physiologique pour éviter les risques de toux ou de bronchospasme.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Les soins

L’aérosolthérapie consiste dans un premier temps à vérifier la prescription médicale, notamment les produits, le nombre de séances et le dosage. Pour éviter tout risque de vomissement, il est préférable d’effectuer l’opération loin des repas. En raison de l’effet fluidifiant et bronchodilatateur, il importe de réaliser la séance avant le passage du kiné, qui pourra ensuite aider au drainage bronchique. À noter que les médicaments sans ordonnance ne doivent pas être mélangés dans le nébuliseur.

Ceci étant, il faut expliquer le déroulement du soin au patient ainsi que son intérêt. Ensuite, lui exposer comment respirer à son rythme, c’est-à-dire à travers une inspiration par le nez et une expiration par la bouche.

En position demi-assise, faire moucher et cracher le sujet avant la mise en place de l’appareil. Mieux vaut prévoir des mouchoirs, des crachoirs ainsi qu’une sonnette. Il s’agit ensuite de placer le produit dans le réceptacle, de brancher, puis de vérifier la propulsion du brouillard.

Si la séance est réalisée en milieu hospitalier, le soignant place le masque sur le visage du patient, note l’heure de début de l’aérosol et le surveille pendant 5 minutes. La séance dure entre 10 et 15 minutes, selon la quantité de produit administrée. La disparition du brouillard et de tout liquide dans le réceptacle sont signe que la séance est terminée.

Nettoyage du matériel

Le nettoyage du matériel se fait selon les recommandations du fabricant, au moins après chaque utilisation et au minimum quotidiennement. Elle varie selon l’intensité d’utilisation et la pathologie traitée. Lorsqu’un patient est infecté, il est préférable de remplacer le masque à chaque aérosol.

Surveillance

Pour une meilleure efficacité du soin, il convient de surveiller le dégagement des voies respiratoires. La surveillance du patient se fait pendant le soin et vise à contrôler la coloration de son faciès ainsi que sa fréquence respiratoire. D’autre part, le débit du brouillard doit être suffisant pour prétendre à de bons résultats.

À noter que les aérosols sont susceptibles d’induire une hypersécrétion ainsi qu’une toux et des nausées.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.