Ventilation non invasive (VNI) : assistance ventilatoire non invasive

Concilio - Ventilation non invasive (VNI) : assistance ventilatoire non invasive

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, les maladies respiratoires sont responsables de 12% des décès et les infections respiratoires sont la première cause d’absentéisme chez les adultes jeunes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Présentation

NB : la PPC (pression positive continue), utilisée dans le traitement des apnées du sommeil, n’est pas à proprement parler une VNI. Ce n’est pas une assistance respiratoire mais un système de maintien de l’ouverture des voies aériennes.

La ventilation non invasive (VNI) désigne la forme d’assistance ventilatoire mécanique ne nécessitant pas de passer par la voie endotrachéale (qui implique une intubation ou une trachéotomie, gestes invasifs comportant des risques non négligeables).

La VNI permet d’aider le patient au cours du cycle respiratoire, en allégeant le travail respiratoire et en améliorant les échanges gazeux pour éviter l’apparition d’une hypoventilation alvéolaire, en diminuant la fatigue voire l’épuisement liés aux difficultés respiratoires.

Le principe consiste à administrer de l’air (enrichi en oxygène ou non) à travers un masque étanche couvrant le plus souvent le nez et la bouche. L’étanchéité du masque est un élément important pour contrôler la pression ou le volume effectivement délivrée durant le cycle respiratoire. Il existe aussi un masque nasal, parfois jugé plus confortable. Toutefois, avec ce dispositif, la bouche du patient doit être fermée pour empêcher la respiration buccale.

Les appareils de VNI fonctionnent selon deux modes de ventilation :

  • Mode barométrique : caractérisé par l’administration d’une pression d’insufflation déterminée à l’inspiration, et d’une pression expiratoire positive (PEP). C’est le plus utilisé actuellement.
  • Mode volumétrique : caractérisé par l’administration d’un volume d’air déterminé à chaque cycle, avec ou sans PEP.

Indications

En raison de sa nature non invasive, la VNI réduit de façon significative les risques d’infections et les complications potentiellement mortelles de la ventilation invasive.

Cette technique peut notamment être utilisée dans les cas :

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Contre-indications

Bien que cette technique permette souvent de stabiliser l’état du patient, il existe différentes situations où la ventilation non invasive s’avère inadaptée ou ne peut être utilisée au risque d’entrainer des complications potentiellement létales. En effet, elle nécessite une compliance et une participation du patient.

Dans ce cas, une intubation est nécessaire, pour procéder à une ventilation invasive.

La VNI est à proscrire :

  • si l’environnement se révèle inadapté et la personne utilisant le dispositif n’a pas l’expertise nécessaire
  • si le patient se montre agité ou non coopérant et s’oppose à la mise en place du dispositif
  • en cas de vomissements incoercibles
  • en cas d’état de choc
  • lorsque l’intubation est imminente, sauf en cas de VNI en préoxygénation
  • en cas de sepsis sévère
  • si le patient est dans le coma, sauf en cas de coma hypercapnique lié à une IRC (insuffisance respiratoire chronique)
  • lorsque le sujet est en état d’épuisement respiratoire
  • en cas de traumatisme craniofacial grave
  • après un arrêt cardio-respiratoire
  • en cas de pneumothorax non drainé ou de plaie thoracique soufflante
  • si le patient présente une hémorragie digestive haute
  • en cas de tétraplégie traumatique aiguë en phase initiale

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.