Thymome : tumeur épithéliale thymique

Concilio - Thymome : tumeur épithéliale thymique

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

Le thymome ou tumeur épithéliale thymique est une tumeur solide qui se développe au niveau du thymus. Ce dernier est un organe intrathoracique qui se développe de la naissance à l’adolescence. Après la puberté, il régresse progressivement. Il joue un rôle important dans le système immunitaire. Constitué de deux lobes, le thymus se trouve entre le cœur et les poumons. Il intervient dans la maturation des globules blancs.

Le thymome survient généralement chez l’adulte âgé de 30 à 70 ans. Il se développe progressivement et peut affecter d’autres organes : la plèvre, le péricarde, le poumon et les gros vaisseaux du thorax.

Les différents types de thymome

Les thymomes sont classés en quatre catégories selon l’aspect des cellules tumorales :

  • Les thymomes de type A : les cellules sont ovales ou en forme de fuseau.
  • Les thymomes de type B : les cellules épithéliales sont rondes ou polygonales.
  • Les thymomes de type AB : présence de globules blancs comme pour les thymomes de type B, les cellules tumorales ont l’apparence des thymomes de type A.
  • Les thymomes de type C : les tumeurs sont composées de cellules atypiques.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Symptômes

Dans la majorité des cas, le thymome ne présente pas de signes visibles. Les symptômes qui peuvent être ressentis par les patients sont : une difficulté à respirer (dyspnée), une faiblesse musculaire, des douleurs thoraciques, une toux et une difficulté à avaler (dysphagie). La fatigue, la perte de poids et la perte d’appétit sont également des symptômes du thymome.

Le thymome est associé à différentes pathologies : la myasthénie auto-immune, le syndrome de Good, la polyarthrite rhumatoïde, le diabète sucré, le lupus érythémateux systémique, l’hypertension artérielle, l’insuffisance rénale ou encore la cardiopathie ischémique.

Diagnostic et traitement

À la suite des symptômes ressentis par le patient, le médecin procède généralement à une radiographie thoracique. Cette technique permet d’identifier environ 90 % des cas de thymomes. Un scanner thoracique peut aussi venir étayer le diagnostic. Il permet entre autres d’obtenir plus d’informations sur les caractéristiques de la tumeur. Il faut procéder à une biopsie guidée par scanner ou échographie pour confirmer le diagnostic.

Le traitement de référence du thymome est la chirurgie. Elle peut être renforcée par une radiothérapie. En général, le thymome présente un assez bon pronostic parce qu’il répond bien au traitement. Cependant, les risques de récidive existent toujours. Il arrive également que la tumeur ne soit pas opérable, les médecins recourent alors à la radiothérapie et à la chimiothérapie pour traiter le cancer.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.